En Français: Combattons pour un monde communiste sans frontières

 Los Angeles, États-Unis, 27 octobre 2018

« J’éprouve un mélange de sentiments: solidarité, colère et désir de lutter contre ce système capitaliste meurtrier et de recruter pour une nouvelle société communiste sans frontières », a déclaré un ancien ouvrier du textile.

Des milliers de jeunes, adultes et enfants ont déjà parcouru des milliers de kilomètres à la recherche d’un moyen de sortir de leur situation de pauvreté, de chômage et de violence créée par les gouvernements, les patrons et leur système de profit. Les habitants du Honduras, d’El Salvador, du Guatemala et des Caraïbes se sont unis pour défier les frontières et la répression policière.

Les images de parents tenant ou tirant leurs enfants ont touché des millions de personnes. La colère provoquée par les atrocités du capitalisme doit aboutir à la lutte pour un nouveau système communiste.

La majorité des marcheurs dans la caravane sont des Honduriens. Le Honduras est le pays le plus pauvre d’Amérique centrale avec plus de 50% de chômage et l’un des taux d’homicides les plus élevés au monde. Quarante pour cent de la population vit avec un seul dollar par jour.

Cette cruelle pauvreté est le produit de la surexploitation centenaire des travailleurs honduriens et du pillage de leurs matières premières par les impérialistes américains et européens sans oublier celui de leurs capitalistes nationaux. Cette oppression a été infligée par le sang et les armes par les gouvernements génocidaires financés et armés par les impérialistes. Les États-Unis possèdent l’une des plus grandes bases militaires latino-américaines au Honduras.

Au fur et à mesure que la caravane avance, la solidarité de la classe ouvrière est évidente. Les gens les attendent sur la route avec de l’eau, de la nourriture, des vêtements, de l’argent, même de la musique et des applaudissements. Ils expriment des sentiments exprimés par des millions de personnes: « Continuez », « Bienvenue », « Bonne chance ».

C’est un phénomène mondial. Au cours de la dernière décennie, les migrations se sont multipliées en raison de la crise capitaliste et de la lutte acharnée entre les grandes puissances impérialistes – États-Unis, Chine, Russie et Europe – pour la conquête des marchés et des ressources naturelles mondiales. Cela a forcé des millions de personnes à fuir les guerres et la faim, en abandonnant leurs maisons et souvent leurs familles.

Nous n’avons pas à vivre de cette façon! Nos ancêtres vivaient dans un communisme précurseur sans frontières, sans nations et sans exploitation. Le rétablissement des relations sociales communistes dont ils jouissaient [où chacun se traitait avec respect et dignité et prenait soin de l’autre] exige la destruction du capitalisme-impérialisme par une révolution communiste. Pour cela, nous devons transformer le Parti des travailleurs communistes internationaux (ICWP) en un parti de masse composé de millions de travailleurs, de soldats, d’étudiants et de jeunes du monde entier, afin de lutter pour un monde sans argent, sans esclavage salarié et sans les barrières et frontières qui nous divisent.

La destruction des idées capitalistes toxiques – individualisme, racisme, sexisme, xénophobie et anticommunisme – nécessitera une lutte idéologique sans relâche et sans compromis. Cela nécessitera une éducation communiste de masse incluant une pensée scientifique et des relations sociales communistes qui nous permettra à tous – libérés de ces poisons capitalistes – de développer pleinement notre potentiel humain.

Dans un monde communisme, les travailleurs seront les bienvenus partout dans les zones libérées pour aider à contribuer aux besoins de notre classe. En tant qu’êtres humains libérés des griffes du capitalisme, ils contribueront également à libérer d’autres régions.

Nous ne devrions pas considérer les membres de ces caravanes internationales comme des victimes passives des ravages de l’impérialisme-capitalisme, mais plutôt comme des combattants potentiels du communisme. Les masses prolétariennes du Soudan, de la Syrie, du Venezuela et de l’Amérique centrale – à l’origine de nombre de ces exodes massifs – ont une longue et héroïque histoire de luttes, notamment de luttes armées, dirigées par l’ancien mouvement communiste international qui a produit les révolutions russe et chinoise.

NICARAGUA : De 1927 à 1933, les masses au Nicaragua conduites par Sandino ont combattu les troupes d’invasion américaines. L’internationale communiste de l’époque soutenait cette lutte avec de l’argent, des armes et des combattants d’Amérique latine, du Vietnam, de Chine et de Russie. En 1933, les troupes américaines ont été vaincues. Mais le mouvement de libération nationale dirigé par Sandino n’avait pas pour but de mettre fin au capitalisme. Sandino a été assassiné et les États-Unis ont imposé la sanglante dynastie des Somoza.

SALVADOR : En 1932, les masses salvadoriennes, dirigées par le Parti communiste salvadorien nouvellement fondé, se sont soulevées contre l’oppression capitaliste-impérialiste. Ce soulèvement manqué a été noyé dans le sang de dizaines de milliers de personnes.

Cependant, dans les années 1960, ces masses se sont une fois de plus révoltées contre l’horrible exploitation des impérialistes américains et des capitalistes locaux. Les États-Unis ont soutenu les dirigeants. Les impérialistes russes et européens, cherchant à s’emparer du contrôle de la région exercé alors par les États-Unis, ont armé et financé les rebelles. La classe ouvrière d’Amérique centrale a payé cher cette erreur d’alliance avec les capitalistes impérialistes : plus de 500 000 personnes ont été massacrées, principalement par les États-Unis.

Ces amples luttes héroïques ont été trahies par des dirigeants qui cherchaient non pas à détruire les impérialistes capitalistes avec la révolution communiste, mais à partager le pouvoir avec les capitalistes nationaux.

La terreur des escadrons de la mort créés par les États-Unis – à l’instar des bains de sang antérieurs – n’a jamais brisé l’esprit combatif des masses en majorité jeunes. Les États-Unis ont déporté des centaines de membres de gangs américains en Amérique centrale. Le but était de corrompre le nombre maximum de jeunes afin de détruire l’esprit révolutionnaire de la jeunesse. Ils ont réussi en partie. Beaucoup sont devenus des terroristes de masse, forçant des milliers de personnes à fuir.

Mais cela ne détruira pas non plus l’esprit de lutte des masses centraméricaines. La preuve en est que le ICWP se développe en Amérique centrale, organisant des travailleurs et des jeunes pour la révolution communiste qui mettra fin à ce système meurtrier. Cette fois-ci, sur les cendres du capitalisme-impérialisme, nous construirons un monde communiste où, collectivement, nous répondrons aux besoins de tous.

Rejoignez-nous pour mobiliser les masses pour le communisme.

Cet article (avec des photos) ainsi que d’autres est disponible en anglais et espagnol sur le site web de Red Flag / Bandera Roja icwpredflag.org

Il est également disponible sur le site web du blog ICWP icwpweb.wordpress.com

Première page

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail